london victorian era

Sherlock Holmes : La Fille du Diable – Critique du jeu : Le retour d’un enquêteur hors pair !

Sherlock Holmes : The Devil’s Daughter est une belle représentation artisanale du Londres du XIXe siècle, mais elle est freinée par des défauts de conception.

Sherlock Holmes figure parmi les personnages les plus emblématiques de la littérature classique, traités par un grand nombre de films, d’émissions télévisées et, plus récemment, de jeux. Le développeur ukrainien Frogwares développe des jeux sur Sherlock Holmes depuis quatorze ans maintenant, et a sorti dix jeux mettant en scène le détective depuis la création du studio. La série n’a cessé d’évoluer au cours de cette période, et le jeu “Sherlock Holmes : Crimes and Punishments” de 2014 a récemment porté les histoires de Holmes sur la génération actuelle de consoles.

Un peu plus d’un an plus tard, Focus Home a livré sa suite en tentant de développer l’histoire de Holmes et d’améliorer l’expérience originale. The Devil’s Daughter retravaille la direction artistique et l’approche de la conception des niveaux de ce jeu, et bien qu’il s’agisse d’un ensemble attrayant, des énigmes peu intuitives entachent l’expérience.

devils daughter 1

L’histoire d’un détective

Histoire

Le principe de The Devil’s Daughter est similaire à celui de n’importe quelle histoire de Sherlock Holmes, avec un mystère à résoudre et une série d’indices à suivre. Dans le monde soigneusement conçu de l’Angleterre du 19ème siècle, une histoire et une narration se développent au fur et à mesure de l’exploration de la ville.

Le jeu s’inscrit dans une représentation traditionnelle du Londres victorien, une société construite autour de classes divisées et d’un contraste de style de vie. En restant fidèle à l’époque, les styles de vie polarisés de ses clients résonnent pendant les procès, racontant les dures luttes rencontrées dans la vie quotidienne.

Ce faisant, The Devil’s Daughter parvient également à s’éloigner des stéréotypes de l’époque, tels que les accents parodiques souvent représentés dans d’autres médias interactifs. Un casting varié d’acteurs vocaux talentueux offre des performances remarquables, qui donnent lieu à des conversations émotionnelles et dynamiques. Une performance remarquable est celle de l’acteur vocal de Sherlock Holmes, qui dépeint avec succès son personnage plein d’esprit. Malheureusement, ce doublage a été associé à des animations faciales de mauvaise qualité, ce qui est remarquable dans un média qui adopte fréquemment la capture de mouvements.

devils daughter 4

Gameplay

L’histoire de The Devil’s Daughter est divisée en cinq cas principaux, qui s’enchaînent pour former une expérience cohérente et scénarisée. En apparence, le jeu est un hybride unique entre un titre traditionnel de type point-and-click et un jeu d’action/aventure à la troisième personne. Une collection variée de mini-jeux optionnels, qui modifient le gameplay pendant une courte période, est également imbriquée dans ces genres. Ce ne sont rien de plus que des intermissions pour étoffer le gameplay, mais ils sont néanmoins agréables.

  • Outre les mini-jeux, le rythme du jeu fluctue également en changeant les personnages jouables entre plusieurs membres du casting. Cela donne un point de vue différent sur le monde du jeu, tout en introduisant de nouvelles possibilités de jeu.
  • En dehors des relations entre les personnages, l’histoire se déroule en explorant l’environnement du jeu et en ramassant les indices éparpillés. Grâce à ces indices, Holmes trouve de nouvelles pistes, ce qui divise nettement les affaires en petits chapitres.

La deuxième couche de la progression de l’affaire est constituée par les déductions faites à partir d’indices visuels, qui ajoutent une touche personnelle à la progression de l’histoire. À partir de divers détails du monde, Sherlock peut faire des déductions en faisant la synthèse des informations qu’il a recueillies. À partir d’une carte à l’écran, les indices peuvent être reliés entre eux, ce qui continue à s’accumuler au fur et à mesure que l’affaire progresse.

devils daughter 3

Lorsque tous les indices ont été collectés, le joueur est invité à tirer une conclusion finale, où un choix moral doit être fait. Cependant, les déductions faites à partir des indices ne sont pas toujours correctes, ce qui peut entraîner des jugements erronés de la part de Holmes.

La découverte d’indices dans The Devil’s Daughter n’est pas une tâche créative, sa mécanique étant construite autour de l’exploration de tous les aspects du monde du jeu, sans flexibilité ni choix du joueur. Le jeu ne parvient pas à guider les joueurs lors de la recherche d’indices et, combiné à un design peu intuitif, il s’est avéré être une expérience frustrante. À certains moments, la recherche d’indices s’est traduite par un appui agressif sur les boutons des objets du monde du jeu dans l’espoir de trouver d’autres indices.

Cette situation est aggravée par la mise en œuvre extrêmement rigide des indices, qui interrompt la progression tant que certaines conditions ne sont pas remplies. À certains moments, le jeu révèle des lieux à visiter à la recherche de réponses, mais en limite l’accès jusqu’à ce que de petits détails sans intérêt aient été découverts.

Malheureusement, le jeu met l’accent sur la recherche d’indices, sans donner aux joueurs la liberté de déduire fréquemment des découvertes. Cette focalisation empêche le scénario du jeu d’être réellement gratifiant et s’éloigne des qualités associées au personnage de Sherlock Holmes en tant que cerveau.

Ces problèmes mènent au plus gros problème de The Devil’s Daughter et à ses problèmes majeurs de conception d’énigmes. Le joueur est souvent laissé à lui-même pour comprendre les mécanismes du jeu, ce qui ne serait pas un problème si la conception des énigmes était intuitive. Au lieu de cela, le jeu est encombré d’instructions vagues qui aboutissent à une expérience frustrante et déroutante.

devils daughter 2

Conclusion

Sherlock Holmes : The Devil’s Daughter offre une expérience gratifiante basée sur l’histoire, imbriquée dans une représentation authentique du Londres du XIXe siècle. Grâce à l’excellent talent vocal de ses acteurs, le jeu parvient à créer des relations inter-personnelles intéressantes. Bien que le jeu soit freiné par sa conception de niveau et certaines mécaniques peu intuitives, il offre une description cohérente d’un Londres plein de mystères.

Les Bons points :

  • Un récit captivant
  • Représentation magnifique et artisanale du Londres du 19ème siècle.
  • Excellents acteurs vocaux

Les mauvais points :

  • Une conception de puzzle peu intuitive
  • La recherche d’indices semble routinière

Recevez notre Newsletter hebdomadaire

© Copyright 2023. All Rights Reserved.